COMPAGNIE

ART FOR GAïA

dédale – création 2024

en partenariat avec le conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence

vendredi 5 juillet 2024 – 21h30

COMPAGNIE ART FOR GAIA

Spectacle : DÉDALE
Lieu : cour d’honneur
Chorégraphie et mise en scène : Florencia Gonzalez

Texte : Marion Deneux
Musiques : Gideon Freudmann – Ludwig van Beethoven
Son : Lambert Sylvain
Lumières : Anaïs Silmar
Costumes : Abigaël Morlet
Interprètes : Marie Pastorelli, Coralie Murgia, Maxime Bourdessoules, Ludovick Le Floc’h, Aurélien Peillex et les élèves du conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence
Durée : 1h

crédits photos : Jean-Claude Sanchez

DÉDALE

Les méandres du dédale intime de nos souvenirs forment une toile complexe, tissée avec les fils délicats du passé. Chaque fragment évoque une parcelle de vie, un instant capturé dans l’éternité mouvante du temps. Ces souvenirs, semblables à des éclats de miroir dispersés, reflètent les multiples facettes de notre existence.
Ce spectacle nous plonge dans le dédale intime des souvenirs d’une vielle dame. Chaque tableau nous dévoile des fragments de son passé et révèle des moments marquants de bonheur éclatant, mais aussi des épreuves diverses qui ont sculpté les fondations de son être.
Avec pour fil conducteur la voix d’une vielle dame, la chorégraphie se déploie tel un voyage à travers le temps. Le « Dédale » intime de ses souvenirs est peuplé de rires cristallins, de larmes salées et d’odeurs envoûtantes, tous ancrés dans le sol fertile de sa mémoire.
Inspiré par la fragilité et la beauté éphémère des moments qui s’évanouissent, le spectacle explore la danse comme un moyen de convoquer les souvenirs, de les faire revivre sous une lumière nouvelle.
Certains souvenirs se dessinent avec une clarté éblouissante, préservant les émotions vives et les détails précis comme des joyaux intemporels. D’autres, en revanche, s’effacent peu à peu, comme des empreintes sur le sable emportées par le ressac de l’oubli.
Dans ce labyrinthe de réminiscences, les souvenirs interagissent, se connectent, créant des ponts entre le passé et le présent. Chaque souvenir, qu’il soit doux ou amer, est un maillon indispensable de cette chaîne ininterrompue qui compose notre identité en perpétuelle évolution.

Florencia Gonzalez

crédits photos : Jean-Claude Sanchez

AVANT-SOIRÉE

5 JUILLET – 18H30

avant soirée vendredi 5 juillet – 18h30

EN PRéPARATION